Actualité : Élections, a-t-on seulement le choix de mourir ?!

Vote-moutons-vote-ou-couteau

Actualité : Élections, a-t-on seulement le choix de mourir ?!

Le jeu de mot serait facile : «hâtons le choix» ou «a-t-on le choix» ?

Je vous laisse choisir mais je voulais réagir lorsqu’un ami s’interrogeait de savoir si c’est lui ou son parti qui avait changé ! Il ne se reconnaissait plus dans son parti politique.

Mais cherchons nous vraiment à vouloir se reconnaitre dans tel ou tel clivage ?

Ce qui nous est proposé n’est jamais ce qui est réalisé. Ceux qui viennent nous proposez leur programme, nous oublient pendant 5 ou 6 ans, puis recommencent sans ne rien changer, sans ne rien apprendre de leurs expériences.

Est-ce comme cela que l’on mobilisera les citoyens ?

Est-ce ainsi que nous allons pouvoir faire face aux défis de demain et corriger les erreurs d’hier ?

Sans réaction de notre part, ce que nous autorisons par un vote ou une abstention un jour continuera de se produire pour toujours, mais sans nous. C’est une réalité !

Depuis 2 ans nous avons voté 3 fois (voire 4 avec les sénatoriales), mais rien ne change, que majorité soit donnée à droite, à gauche, au centre ou ailleurs, rien ne bouge ! Toujours les mêmes démarches qui produisent toujours les mêmes erreurs.

Où sont les propositions de partage citoyen, de co-élaboration, de co-décision, de co-évaluation, où sont les vraies explications de ce monde, où sont les décisions par consensus ? Où est la prise en compte et le partage du bonheur ?

Un coup nous devons être kärchérisé, ensuite nous sommes les sans-dent, puis ensuite nous devons à nouveau nous-laver, merci monsieur le Maire (pour les intimes et ceux qui me suivent …).

Nous ne pouvons pas changer la façon dont les gens nous traitent ou parlent de nous. Tout ce que nous pouvons faire, c’est changer nos réactions et choisir de qui nous souhaitons nous entourer pour notre avenir et celui de nos enfants.

Ce monde de fous et de haine que nous subissons, n’est pas le notre. Ils l’ont construit et entretenu. Qu’ils ne nous demandent pas de pleurer pour lui.

Çà suffit !

Nous pouvons nous redresser. Nous pouvons nous élever sans vous, car nous voulons vivre.

IMG_0682

Vue d’en bas, la grande cascade du cirque de Gavarnie parait insurmontable.
Puis par un petit chemin de côté, avec quelques efforts (…), de la volonté et sans oublier la contemplation de ce monde, on arrive à se hisser plus haut, puis à regarder au-delà.
(image et pensées issues de mes randonnées)


Retour en Haut

Ce contenu a été publié dans 18400-Saint-Florent-Sur-Cher, Actualités, Billet d Humeur, Débat Public, Démocratie Ouverte, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.