Billet d’Humeur : L’insulte, le suprême argument des perdants !

Ces insultes la font sourires, d'autres font vomir
« Ces insultes là font sourires, d’autres font vomir »

Billet d’Humeur : L’insulte, le suprême argument des perdants !

Si la littérature nous offre bon nombre d’exemples où l’insulte est élevée au niveau d’un art, j’ai eu beau chercher, je n’ai pas trouvé de « Jacquet » dans ces illustres contributeurs. Une erreur sûrement, tellement ils mettent d’ardeur à vouloir exceller dans ce domaine.

« … D’Aristophane à Céline en passant par Shakespeare, Voltaire ou Rimbaud, la littérature est tout entière traversée par l’art subtil de l’insulte. Balayant largement les genres et les époques, cette anthologie fait la part belle â l’invective fleurie, à la grossièreté crasse, au raffinement perfide, et démontre l’inventivité sans limite déployée par les grands auteurs pour dire du mal de leur prochain. Le premier être humain à jeter une insulte plutôt qu’une pierre est l’inventeur de la civilisation, disait Freud, il se pourrait bien qu’il ait inventé la littérature du même coup. … »
Quatrième de couverture du livre l’Art de l’Insulte.

Aurélien Scholl journaliste, auteur dramatique, chroniqueur et romancier français mort à Paris le 16 avril 1902, disait déjà il y a plus de 100 ans :

« En politique on ne discute plus, on insulte. »

Et quelle philosophie tirer de ces joutes verbales ?
Que le plus fort gagne ? Que l’insulte la pire terrasse tout le monde ? Que la vraie puissance intellectuelle se mesure au nombre des insultes acquises ? Que le faible soit maudit par l’insuffisance de son lot d’insultes ?

Si l’on soutient une thèse ou une politique, on doit être capable d’argumenter, de répondre aux objections, de reconnaître les arguments fondés de l’autre, de modifier son jugement : c’est l’honnêteté intellectuelle.
Pour ce faire il existe des formations universitaires « 
Du Savoir convaincre : argumentation, expression, éloquence » ou des formations plus citoyennes, plus responsables via l’Université du Nous (émanation du mouvement des Colibris de Pierre Rahbi) comme par exemple la « Gestion du Consensus par Consentement » repris par le collectif « Territoire Hautement Citoyen » réponse à la crise démocratique de notre pays.

L’insulte n’est pas un argument ; c’est la réponse de celui qui défend des clichés à tout prix sans pourvoir les justifier, c’est l’obstiné qui nie l’autre car il craint de ne pas savoir lui répondre.

Un article dans le magazine « Psychologies » traitait ce sujet de l’insulte par cet article au titre puissant mais réel  «Survivre en milieu hostile» (lire ici). Dans notre vie quotidienne, nous faisons face à de nombreuses incivilités, grossièretés ou petites vexations qui agressent l’estime de soi. Nous ne savons jamais comment réagir. Inutile de nous montrer agressif à notre tour. Apprenons plutôt à exprimer simplement qui nous sommes.

Le philosophe anglais du XVIIe siècle Thomas Hobbes pour qui « l’homme est un loup pour l’homme » évoquait ainsi une vision de la liberté : « La liberté est l’absence totale d’entraves susceptibles de détourner une part de ma puissance et m’interdire d’accomplir tout ce dont j’ai envie. »

Il suffit de se promener dans le métro parisien, plus grand hôpital psychiatrique de France et laboratoire d’observation privilégié de l’incivisme ambiant, pour constater que beaucoup, sans même l’avoir lu, partagent les idées de Hobbes. Un voyageur désireux de lire son journal demande calmement à son voisin qui hurle dans son téléphone de daigner baisser la voix. Réponse indignée de l’intéressé et de sa compagne de banquette : « Si tu veux être tranquille, prends un taxi. » Traduction : « Mon droit de t’imposer ma jouissance vaut plus que ton droit de voyager en silence : c’est toi qui me manques de respect en réclamant que j’y renonce ne serait-ce que cinq secondes. » Sonia, 48 ans, en vient à regretter le temps où la morale et l’instruction civique étaient enseignées dans les écoles primaires : « C’est peut-être rétrograde. Mais, au moins, ces matières fournissaient des repères, un mode d’emploi pour vivre ensemble. »

Il faut identifier l’irrespect !

Manque de respect, incivilités, grossièreté…, la gamme est large pour tenter de définir ce que serait l’irrespect. Les insultes médiatisées des footballeurs de l’équipe de France, les « Touche-moi pas ! » lancés au président de la République et renvoyés d’un « Casse-toi pauv’ con ! » du même président, et les autres gracieusetés cueillies ici et là au gré des émissions de télé-réalité peuvent-ils être mis dans le même panier que des élèves qui insultent leur prof, un mari qui houspille sa femme ou un collègue qui ne dit pas bonjour ? Pourrait-on dire que l’irrespect, finalement, c’est une situation qui se ressent mais ne se définit pas ?

« L’irrespect, explique Stéphane Clerget, c’est ce qui rabaisse l’autre, le nie dans ses droits, dans sa liberté. Bien sûr, il peut se produire des conduites irrespectueuses totalement involontaires, mais dans l’ensemble cela procède toujours d’une volonté de toucher, d’atteindre l’autre. À l’inverse, le respect, c’est reconnaître à l’autre la même humanité, la même valeur qu’à soi-même. »

Je ne vais pas vous faire un cours ou encore moins discuter de psychologie du comportement dans un article que ce veut simplement informatif et factuel.

Je tiens juste, ici dans mon blog, celui que je partage avec vous pour plus de participation citoyenne, d’ouverture et de transparence de l’action publique, porter à votre connaissance ce genre d’agissements de la part d’une personne et d’une partie de son équipe qui sont censées représenter les florentais(es).

Être candidat sur une liste électorale en 2014 était pour moi le moyen de mieux comprendre la situation de notre commune, d’apporter autant des savoirs-faire, des méthodes et des solutions à ce fameux « Vivre Ensemble » mais en aucun cas pour porter une « étiquette ». Je suis et je reste avant toute chose, un CITOYEN, désireux, dans une démarche apolitique mais pas impersonnelle, de vous apporter les moyens de comprendre pour agir.


Revoyons donc les faits : une année d’insultes régulièrement distillées par le clan du Maire sur presque deux années de total silence à mes demandes officielles.

 


Si l’on met de côté les insultes de Nathalie Gouvion-Jacquet – femme de Marc Jacquet actuel Adjoint aux Finances, au soir de l’élection me traitant d’ivrogne, cela a commencé il y a plus d’un an lors de la première réunion de quartier à Massoeuvre en Septembre 2014. Étaient présents des adjoints, du personnel municipal et le Maire qui après avoir salué tout le monde à refuser de répondre à mon « Bonjour Roger » en m’invectivant par ces mots

« Va te laver, je ne te salue pas des gens comme toi. » 

J’ai bien essayé de lui demander pourquoi il réagissait ainsi, après lui avoir fait part de mon mécontentement sur ce genre de réactions, mais n’est eu aucune explication à ces injures.

Cela raisonnait dans ma tête comme une pâle copie des propos de Nicolas Sarkozy, alors ministre de l’Intérieur lorsqu’il disait vouloir « … nettoyer au Kärcher la cité … » et de ceux qu’il tînt alors en fonction de président de la République française, lorsqu’il lança un « Casse-toi, pauv’ con ! » (lire ici) en réponse à une personne refusant sa poignée de main et lui ayant déclaré : « Ah non, touche-moi pas ! Tu me salis ! ».

Sauf que Monsieur le Maire a fait la question et la réponse, et que moi, on ne me salit pas comme ça !

Bref, je suis allé néanmoins porter plainte à la Gendarmerie pour injures, insultes, … On ne peut pas laisser un représentant du peuple tenir de tels propos sans réagir où du moins sans acter de ce mode de communication très peu civique.

Capture d'ecran 2015-10-13 10.35.54


 Le 3 juillet 2015, « le maire de saint-florent » par l’intermédiaire du compte Facebook de sa femme Marie-Paule Jacquet me laissait ce message infra par rapport à un article où j’évoquais « Le Maire refuse la communication de documents malgré le jugement du TA (Tribunal Administratif)« .

Et oui, si vous ne le saviez pas il m’a fallu 15 mois de courriers et de procédures, le tout à ma charge, pour obtenir la communication de documents administratifs publics comme cela est pourtant prévu par le CGCT et autres articles de loi. A ce jour 13 Octobre 2015, il manque toujours certains documents demandés. Et puis quand, après mes demandes en mairie, à la préfecture, à la CADA et au TA, le Tribunal Administratif condamne la commune, ce n’est un choix mais une « obligation ». Et attendre plus de 15 mois, ce n’est pas être en avance d’un mois. Monsieur le Maire, votre réalité est troublée !

Revenons aux insultes ! Cette fois ci j’ai été traité de «Chômeur professionnel» puis de me «faire du fric … sur le dos du contribuable» sous-entendant que tout chômeur, et moi en particulier, abuserait de sa situation de chômeur. C’est bien connu, les chômeurs sont coupables du chômage. C’est une situation tellement envieuse qu’il y a de plus en plus de chômeurs. De plus il semblerait que je doive me justifier à cette question qui ne m’a pas été posé «Pourquoi je suis au chômage ?» ou mieux encore «Pourquoi j’ai choisi d’être chômeur professionnel ?» … Tout un programme !!!

Capture d'ecran 2015-08-08 13.56.41

Le comble est que j’ai 3 de mes amis Facebook qui aiment ça !!!
Il va falloir que je passe le Karcher moi aussi 😉


Le 3 Juillet 2015 encore c’est au tour de l’Adjoint aux Finances, Marc Jacquet, de faire connaitre ses sentiments. Rappelons que Marc est le fils de l’ancien maire Raymond Jacquet décédé et donc cousin de l’actuel maire Roger Jacquet.

IMG_6566

Vous .. Tu … visiblement on ne sait plus sur quel pied danser chez les Jacquet.

Il sera surement temps, un jour, en 2020, de proposer aux florentais(es) un « Nouvelle Donne », de nouveaux visages et surtout de meilleurs perspectives que celles qui sont appliquées depuis des années.

 


Le 9 Août 2015, nouvelles salves de menaces, de sous-entendus scabreux et d’insultes de la part de la femme du Maire.

Suite à des informations en provenance de pharmaciens et d’infirmiers exerçants sur le canton de Charost, nous avions publié un article concernant des rumeurs du potentiel départ d’un médecin de notre commune (lire ici). En effet, durant les vacances, un médecin avait dévissé sa plaque. Nous étions très surpris par cette action d’autant qu’un cri d’alarme avait été lancé par 4 médecins fin 2014 et que cela avait donné lieu à une réunion publique en janvier 2015. Réunion restée sans suite, ou plutôt sans information ni action communiquée, depuis cette date. Le médecin en question ayant depuis revissé sa plaque, démentant ainsi ces rumeurs de départ.

Comme d’habitude, en lieux et place d’explications et d’informations du Maire sur cet évènement pas si anodin que cela, nous avons eu droit à un cortège de menaces.

Capture d'ecran 2015-10-13 12.16.32

Ok ! Je n’ai pas été très fairplay en évoquant le physique de la femme du Maire, ce qui est une réalité que personne ne peut nier, ce qui ne gâche absolument pas ses qualités, nous en sommes certains. Mais à force d’être injurié … non non je n’ai aucune excuse !!!

Même d’anciens sympathisants et soutiens du Maire ont écrit leur mécontentement !!!

Capture d'ecran 2015-10-13 12.42.15


Pour finir, il y a un peu plus d’un mois, j’ai été harcelé au téléphone par Carole, la fille de Roger et Marie-Paule Jacquet. J’ai dû enregistrer et bloquer son numéro de téléphone pour ne plus être harcelé. Toujours des insultes et des menaces.

Bref rien de nouveau à attendre de ce clan.

Et pourtant je ne faisais que mon jardin, comme me l’avait conseillé la femme du maire. Mais vous savez, j’ai fait mon jardin, j’ai communiqué autour de mon jardin, autour de mes réalisations et suis devenu en peu de temps, pour les uns, expert en permaculture et conférencier sur la technique du BRF,  pour d’autre, comme pour le quotidien le Berry, je suis, avec mon expérience sur l’aquaponie, devenu je cite «…Ce Florentais est devenu un spécialiste reconnu dans la région Centre sur l’aquaponie…».

Comme quoi, avec de la volonté et de la curiosité, rien n’est impossible. La seule condition impérative est l’accès à l’Information. Et ça Monsieur le Maire l’a bien compris, pour la refuser à tout le monde.

L’oligarchie Florentaise a encore de beaux jours à vivre. Il ne tient qu’à vous pour en changer. Ainsi va le monde !


Retour en Haut

Ce contenu a été publié dans 18400-Saint-Florent-Sur-Cher, Actualités, Billet d Humeur, Débat Public, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.