Billet d’Humeur : Transition citoyenne … des raisons de s’engager

images

Billet d’Humeur : Transition citoyenne … des raisons de s’engager

Nous nous sentons souvent impuissants devant l’énormité de décisions prises en haut lieu. Elles nous paraissent absurdes, voire criminelles. Malbouffe, urgence climatique, désagrégation du tissu social, spéculation financière ou pire amateurisme de nos élus dans la gestion de nos territoires, aliénation des travailleurs, relégation des sans-emplois… sont autant de sources d’inquiétude.

Parallèlement, des myriades d’initiatives locales enthousiasmantes voient le jour dans le monde entier. Elles nous donnent de l’espoir quand nous avons la chance d’en entendre parler ! Elles inventent de nouveaux modes de production et consommation, mais aussi de prise de décision et de vie en société. Coopératives, réseaux en tous genres et autres formes (expérimentales ou déjà opérationnelles), analysées avec intérêt par des chercheurs, offrent de nouvelles possibilités à toutes les échelles, jusqu’à la gouvernance mondiale.

Et puisque nos comportements de consommateurs sont observés à la loupe afin de les influencer, rappelons-nous que, inversement, cela nous donne du pouvoir :

« Acheter c’est voter »

Oui nous pouvons peser fortement sur les décisions, par nos choix de consommation, d’action collective et de bien vivre ensemble, de l’échelon local à l’échelle planétaire.

Prenons nos responsabilités pour avoir prise – ensemble – sur notre avenir !

Toutefois changer des choses dans son quotidien ou son projet de vie, cela fait peur même si on y aspire !

Sachez que la peur de changement, la peur du pas en avant est aussi campée dans l’esprit et dans les attitudes de ceux qui nous dirigent. Il faut les aider ! Les inciter à ouvrir leur esprit, à proposer des alternatives, à libérer les initiatives.

Se mettre en transition, ça commence généralement par un petit pas, une petite marche.

« Au fur et à mesure qu’on y trouve du réconfort, de la liberté, du plaisir, de l’épanouissement, on gravit des marches de plus en plus hautes, grâce à l’entraide et tout simplement aux échanges avec d’autres personnes qui elles aussi inventent leur chemin de transition. Ils sont tous uniques et différents, rien n’est tracé d’avance ! »

Qu’entendons-nous par transition ?

La Transition telle que nous la concevons est un mouvement global pour inventer ensemble un monde économiquement viable, socialement responsable et écologiquement soutenable : une transition non-violente vers des sociétés du bien-vivre par l’éducation, la culture, les échanges fraternels et la recherche de l’intérêt général.


Lors de la Journée de la Transition Citoyenne nous avions choisi quelques portes d’entrée qui n’ont pas la prétention d’être exhaustives, tout se recoupe, alimentation et eau (notre sujet sur l’Aquaponie), éducation et démocratie (ce blog pour une pédagogie vers une démarche de Démocratie Ouverte), on pourrait multiplier sans fin les exemples.

Les quatre thématiques principales de cette campagne – Alimentation, Économie et Finance, Énergie, Démocratie – sont loin d’épuiser tous les domaines où s’opère la transition, autrement dit toutes les facettes de la vie en société.

Eau, habitat, bien-être physique et mental, arts et création culturelle, loisirs, éducation, accompagnement des aînés, relations avec les autres êtres vivants, utilisations d’internet… Ces domaines sont tous liés entre eux et les modes d’organisation, de prise de décision (cf. démocratie … la vraie) et de vie en groupe et en société sont très influents voire déterminants.


Ce matin au gré de mes lectures et de mes recherches j’ai interpellé un élu sur la nécessité d’utiliser la pédagogie encore et toujours.

Par l’exemple, il s’agissait de commencer à sensibiliser les électeurs, les élus, la presse et les gens en général sur quelques changements qui nous attendent dès Mars 2015 : Les élections … Départementales.
Qu’es aquò ? On appelait cela : les élections Cantonales pour élire des conseillers généraux, siégeant au Conseil général du Département. Un peu compliqué, n’est-ce pas ! D’autant que les cantons seront redécouper pour l’occasion (voir notre article sur la Réforme Territoriale et son impact sur les Cantons et les EPCI).

La loi N° 2013-403 du 17 mai 2013 a prévu notamment pour cette élection de renommer tout ce qui a trait au Conseil Général en Conseil Départemental. C’est plus simple, on y voit plus clair dans les attributions de chacun (Communes, Intercommunalités, Départements et Régions).

Dans l’ensemble des dispositions législatives :

  • 1° Les mots : «conseils généraux», «conseiller général» et «conseillers généraux» sont remplacés, respectivement, par les mots : «conseils départementaux», «conseiller départemental» et «conseillers départementaux» ;

Voilà une bonne chose de dite !

Mais ce n’est pas tout, mes recherches m’ont conduit à la politique et notamment aux orientations budgétaires des certains de ces ex-conseillers généraux.

Et plus particulièrement à Roger JACQUET – Conseiller général et Maire de Saint-Florent-sur-Cher qui présentait en 2013 un rapport sur le Développement Durable (lire son intervention en cliquant ici).

Sa dernière phase était

 » …C’est pourquoi, au sein de notre collectivité, nous devons rester vigilants et toujours maintenir l’Homme au coeur de nos priorités et de nos choix en soutenant une croissance des biens et des services, saine, fondée sur la réponse aux besoins, socialement utile et respectueuse de l’environnement, participant à l’harmonie des territoires. »

Comment un Maire et une majorité silencieuse de ses adjoints peuvent-il prétendre œuvrer en faveur du Développement Durable, parler de l’Homme (avec un grand H), de réponse aux besoins, de respect de l’environnement et d’harmonie … et en même temps bâillonner les citoyens qui agissent, communique, prennent des initiatives pour le Développement Durable, pour le respect de l’environnement allant même jusqu’à faire intervenir les forces de police ? je m’interroge. Est-ce la même personne ? N’a-t-elle pas changé lors de ces derniers mois ?

Ils sont bien petits ceux qui refusent l’ouverture et le débat, et s’en prennent, faute d’arguments et d’explications, aux personnes par les mots et les insultes méprisant ainsi l’ensemble de leurs concitoyens.


Retour en Haut

Ce contenu a été publié dans 18400-Saint-Florent-Sur-Cher, Billet d Humeur, Comment Faire, Débat Public, Démocratie Ouverte, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.
  • Michel Barbeau

    29 Janvier 2016 Je reçois un courrier de l’association « L’âge de faire, tous informés, tous citoyens ». Il nous fallait être 10.000 coopérateurs pour que le prochain numéro de « Demain en Mains », nous ne sommes que 1.000, j’en fais parti.
    Plus que jamais, et nous en sommes intimement persuadés, le changement que nous souhaitons adviendra le jour où le plus grand nombre participera. Nous devons donc amener chacun à découvrir qu’une autre économie est possible, sociale, solidaire et écologique (ESSE). C’est notre objectif, pour notre avenir et le futur de nos enfants !