Billet d’Humeur : Clivage vs Evolution

ie4

Subir le Clivage vs Oser l’Évolution

De nombreux évènements viennent de marquer ce 1er semestre 2014.

Nous cherchons à intervenir, avec force de conviction, dans des problèmes qui dépassent le plus grand nombre. Nous sommes aveuglés par les filtres médiatiques.

Notre énergie et nos idées se dispersent dans le chaos d’une époque que certains appelleront Crise mais qui est en faite une Évolution de notre société et de nos environnements.

Les protagonistes sont plus où moins les mêmes et campent sur des schémas clivants obsolètes, à en constater le peu de succès qu’ils obtiennent et les échecs répétitifs qu’ils subissent. L’actualité de ces dernières semaines pullule d’exemples.


Globalement :

  • Personne n’est capable de réussir seul contre les autres,
  • Personne ne peut réussir contre les idées ou les idéaux des autres,
  • Nombreux restent dans les clivages Gauche-Droite depuis longtemps éculés,
  • Nombreux répètent les mêmes erreurs du passé dans cette jouissante inconsciente de l’échec d’un monde «connu»


La question que l’on doit maintenant se poser :

« Restons-nous dans le passé ou construisons-nous l’avenir ? »

La solution, dans le respect des idées de nos compatriotes, est une nouvelle façon de penser l’avenir ensemble, un avenir partagé.

Avant tout, il faut oser sa vie !

Tolstoï disait
« Vous voulez être heureux ? … Et bien soyez-le ! »

Le bonheur ne serait donc qu’affaire de volonté ? Nous croyons qu’il se demande et qu’il se mérite car il est affaire de choix, de choix de vie.

Et pour faire des choix, il faut oser.

Oser vivre ses rêves plutôt que de rêver sa vie.

Oser devenir soi-même plutôt que de jouer un rôle dicté par nos entourages affectifs et professionnels.

Oser s’engager, oser la rupture, oser la différence, oser le regard des autres, oser la solitude, le changement d’orientation, le changement de rythme, oser un projet.

Beaucoup d’entre-nous, sommes pétrifiés par des impératifs contradictoires, tiraillés entre l’être et le devenir, l’être et l’avoir, l’être et le paraître.

Cette dé-marche aide à « être » tout simplement. Mais cela commence par un premier pas. Car il faut entreprendre. Il faut apprendre à oser.

Poser un acte contre nature. Contre vos habitudes. Devenir co-créateur de votre existence. Afin de pouvoir se dire un jour : « Je suis à ma place ; je n’y suis pas par hasard, et ce que je fais est juste. »

Subir ou conduire sa vie : telle est la clef !

Par cette méthode et cette nouvelle démarche, nous pourrons aborder l’ensemble les problématiques qui se posent à nous – de notre quotidien immédiat et palpable à l’environnement économique international – par une information, une pédagogie (et non une idéologie), une transparence des données et des actions issues d’une co-élaboration de solutions.

Le changement, le choc, la réforme – pour reprendre des termes d’actualité – c’est ici, près de chez nous, entre nous.

Il n’y a pas besoin d’être des milliers, des millions. Il n’est pas utile que ce soit institué ou initialisé au niveau national. Nul besoin d’organisations professionnelles, sociales, syndicales ou politiques pour entreprendre.

C’est la pratique du bon-sens, du volontariat, du besoin local, de l’expérimentation par itération.

Soyons des modèles et éclairons l’avenir des générations futures.

Osons une nouvelle vie en collectivité !


 Retour en Haut

Ce contenu a été publié dans Billet d Humeur, Comment Faire, Démocratie Ouverte, Open Gouv, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.
  • Mireille Boucher

    J’aime bien cet article optimiste, volontaire qui part de l’expérience de chacune et confirme que qui que nous soyons nous pouvons apporter une pierre à la construction de l’avenir.

  • Michel Barbeau

    Sourires… C’est l’avantage de la randonnée en solidaire dans de beaux paysages. Après quelques heures, la marche devient mécanique, même si difficile, et le cerveau se libère, s’ouvre à la réflexion, à la pensée positive. On ne peut ni marcher contre soi, ni avec des pensées négatives.
    Chaque fois que je randonne, je me souviens de ce trek fait dans le Sahara (https://www.facebook.com/groups/maroctrek3/) où le thème était « Oser sa Vie » avec Alexandre POUSSIN aventurier, écrivain et avant tout marcheur notamment avec AfricaTrek (13.000 km en 3 ans avec sa femme Sonia).
    Nous étions une poignée à marcher toute la journée sous le soleil. Chaque matin nous nous réunissions sur une dune et nous nous posions des questions dont une qui allait être notre thème de réflexion durant la journée. Le soir venu, après un thé à la menthe, nous remontions sur une dune et nous débriefions. Cette expérience que j’avais déjà mené seul était très agréable car elle permettait d’aider aussi les autres à réfléchir sur l’orientation de leur vie.
    De là à ramener cela à notre quotidien, à nos choix politiques, à nos choix de vie, il n’y a qu’un pas.